réprimande


réprimande

réprimande [ reprimɑ̃d ] n. f.
réprimende 1549; de réprimer
Blâme adressé avec autorité, sévérité, à une personne que laquelle on a autorité pour qu'elle se corrige. admonestation, avertissement, région. 1. cigare, observation, remontrance, reproche , semonce, sermon; fam. engueulade, savon. Faire des réprimandes à qqn. « Il ne jugea pas nécessaire [...] de prononcer une réprimande » (Duhamel). « Un air d'autorité et presque de réprimande » (Stendhal). Spécialt, Dr. pén. Blâme infligé par le tribunal au mineur qui a commis une contravention. ⊗ CONTR. Compliment.

réprimande nom féminin (latin reprimenda culpa, faute qui doit être réprimée) Rappel à l'ordre, blâme adressé avec autorité pour amender et corriger : Faire une sévère réprimande. Punition disciplinaire infligée à un officier ou à un sous-officier pour sanctionner une faute assez grave ou des fautes répétées de gravité moindre.

réprimande
n. f. Blâme, admonestation.

⇒RÉPRIMANDE, subst. fém.
A. — Remontrance que l'on fait à une personne sur qui on a autorité pour lui reprocher une faute, un manquement. Synon. admonestation, blâme, (pop.) engueulade, répréhension, reproche. [J'] ai vu des religieux recevoir humblement, face contre terre, et sans broncher, la réprimande injuste d'un supérieur appliqué à briser leur orgueil (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1034). Je m'avouai pour la première fois combien les cris, les récriminations, les réprimandes qu'à l'ordinaire j'encaissais en silence m'étaient pénibles à supporter (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 149).
SYNT. Réprimande amicale; réprimande pour négligence; douce, injuste, juste, sévère, verte réprimande; air, ton de réprimande; accepter une réprimande; faire, infliger une réprimande à qqn; adresser des réprimandes à qqn; courber le front sous la réprimande.
B. — DROIT
1. ADMIN. ,,Peine disciplinaire qu'inflige un Conseil de l'ordre des avocats, une Chambre d'avoués, de notaires, un Conseil de discipline, etc.`` (Ac. 1935).
2. PÉNAL. Blâme infligé par le juge de police à un mineur ayant commis une contravention. (Ds Lar. encyclop., Lexis 1975).
3. MILIT. ,,Punition disciplinaire non restrictive de liberté, pouvant être infligée par son chef de corps à un officier ou à un sous-officier`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: reprimande; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. a) 1549 réprimande « blâme qu'on adresse à quelqu'un pour une faute ou un manquement » (EST., s.v. réprimer); 1588 réprimande (MONTAIGNE, Essais, III, 5, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, t. 2, p. 856); b) 1802 dr. (Bulletin des lois, 4 avr. d'apr. Lar. Lang. fr.). Empr. au lat. reprimenda [culpa] « [faute] qui doit être réprimée », adj. verbal fém. de reprimere (réprimer). Fréq. abs. littér.:151.

réprimande [ʀepʀimɑ̃d] n. f.
ÉTYM. 1549, réprimende; de réprimer.
Blâme destiné à amender, et qui est adressé avec autorité, sévérité, à un inférieur. Admonestation (cit. 1), attrapade (fam.), attrapage (fam.), avertissement, blâme, correction (I., B.), critique, engueulade (fam.), gronderie, homélie (fig.), leçon, mercuriale, objurgation, observation (supra cit. 9), remontrance, répréhension, représentation, reproche, semonce, sermon (→ fam. Douche, engueulade, lavage de tête, savon, scène). || Donner, prononcer une réprimande (→ Faire la morale). || Cruelle (→ Fondre, cit. 11), sévère, verte réprimande. || Recevoir, subir une réprimande (cf. Recevoir son paquet).
0 Un propos vicieux dans leur bouche est une herbe étrangère dont le vent apporta la graine : si je la coupe par une réprimande, bientôt elle repoussera (…)
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, V, III.
La réprimande. || Un air de réprimande (→ Gourmander, cit. 5). || Voix durcie (cit. 5) pour la réprimande.
(1936). Dr. pén. Blâme infligé par le tribunal au mineur qui a commis une contravention.Peine disciplinaire d'ordre moral. || Réprimande prononcée par un conseil de discipline.
Milit. Sanction disciplinaire visant un officier ou un sous-officier mais n'entraînant pas l'interdiction de sortir (à la différence des arrêts).
(1802). Dr. admin. Sanction disciplinaire sans effets autres que moraux.
CONTR. Compliment, louange.
DÉR. Réprimander.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • reprimande — Reprimande. s. f. Reprehension, correction faite avec authorité. Grande, douce, severe reprimande. faire des reprimandes. il ne peut souffrir les reprimandes. c est un grand faiseur de reprimandes. je ne feray point ce que vous me dites, j en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • réprimandé — réprimandé, ée (ré pri man dé) part. passé de réprimander. Ce jeune homme réprimandé par son père …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Reprimande — (fr.), Zurechtweisung, Verweis, Tadel; daher Reprimandiren, zurechtweisen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Reprimande — (franz., spr. māngd ), Rüge, Verweis; reprimandieren, eine Rüge erteilen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Reprimánde — (frz.), Rüge; reprimandieren, rügen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Reprimande — (reprimangd), frz., Zurechtweisung, Tadel …   Herders Conversations-Lexikon

  • reprimandé — Reprimandé, [reprimand]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • réprimande — (ré pri man d ) s. f. Reproche fait du ton de l autorité. •   Je me hâte de m accuser moi même, pour arrêter vos réprimandes, VOIT. Lett. 196. •   Celui qui hait les réprimandes est un insensé, SACI Bible, Prov. de Salom. XII, 1. •   Lorsque mon… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • réprimande — nf., remontrance, gronderie : savon <savon> nm. (Albanais.001, Thônes.004 || sav(o)nâda <savonnage> nf. (Annecy.003, Balme Si. | 004) ; morâla <morale> nf. (Saxel.002), chapitro <chapitre> (001), réprimanda (Chambéry),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • RÉPRIMANDE — s. f. Répréhension, correction faite avec autorité. Douce, forte, sévère réprimande. Faire des réprimandes. Il ne peut souffrir les réprimandes. C est un grand faiseur de réprimandes. Je ne ferai point ce que vous me dites, j en aurais, j en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)